End of this trip

Partir en vélo, revenir en vélo. Ça, c’était le programme. Au départ, j’avais plutôt prévu de revenir avant la saison froide. Finalement, les circonstances ont fait que j’ai amorcé le voyage retour de la Belgique début Décembre. Et c’est qu’il commençait à faire un peu frisquet, là-haut, dans le (petit) nord… Et effectivement, des journées très courtes avec des températures qui baissent drôlement le soir, quelques gelées aux matins, du verglas même (qui m’aura valu deux belles gamelles le dernier jour, alors qu’il n’y en avait pas eu une seule avant…) auront pimenté les derniers jours de vélo.

Mais j’étais bien équipé avec un pantalon offert en Belgique (que je n’ai pas utilisé, mais il était bien là…), et un polaire de Pologne (bien utile celui-là!). Et gâté avec un temps au poil (pas une goutte de pluie, un super soleil sur les dernières journées)  et surtout des gens pour m’ouvrir leurs portes tous les soirs, me permettant de passer les nuits au chaud. La vie facile quoi, jusqu’au bout!!

Arrivée à Couëron le 11 Décembre, cette fois-ci, c’est bien la fin du voyage. Après 8 mois de voyage, 9870 km, 11 pays, 14 chantiers, la visite de 20 autres maisons, une centaine de couchage à domicile et de belles rencontres…

Et maintenant? Me ranger sagement et rechercher un boulot en France? Ou plutôt repartir voyager, à pieds, en vélo, ou en stop? Lancer un projet de construction d’une maison en bottes de paille? Passer d’abord une formation en charpenterie? Monter un projet de permaculture? En communauté? Fabriquer des fours à bois artisanaux et performants? … Ce voyage m’aura ouvert beaucoup de perspectives.

J’y ai notamment appris que tout est possible, il est parfois simplement question de choix, de volonté.

Alors, let’see what will happen…

Start by bicycle, come back by bicycle. That was the program. Initially, I had rather expected to return before the cold season. Finally, the circumstances made that I began the return journey from Belgium in the beginning of December. And it was getting cold, for sure … And indeed, very short days with temperatures falling quickly in the evening, some jellies in the mornings , and even black ice ( which made me falling two times during the last day , when there hadn’t been any falling before … ) have peppered the last days of cycling.

But I was well equipped with a pant offered in Belgium (which I haven’t used , but I had… ), and a winter pullover from Poland ( well used this one! ). And I got a very nice weather ( not a drop of rain, a great sun during the last days ) and above all every evening people to open their doors to me , allowing me to spend warm nights. The easy life, until the end !

I arrived in Couëron in December the 11th. This time , it’s the end of the trip . After 8 months of travel, 9870 km, 11 countries, 14 building sites, visiting 20 other houses, a hundred of sleeping at home and nice meetings …

And now ? Find a job in France ? Or rather continu to travel, by feet, by bike, or hitchhiking ? Start a project to build a straw bale house ? Do carpentry formation before? Install a permaculture project ? In community? Make eficient handwork oven? … This trip has opened a lot of opportunities.

I learned from my trip that everything is possible , sometimes it’s simply a question of choice, of will.

So, let’s see what will happen …

Publicités
Publié dans Présentation

Back to Chêne-Arnoult

Retour à Chêne-Arnoult, « Mais-ca-cè-ou??! », faire coucou à Jeanny et Thibaut et voir l’avancement du chantier.

Hé bas on peut dire qu’ils ont pas chômé depuis Avril! Après 9 semaines de chantiers participatifs, plus quelques chantiers bonus, une maison s’est montée à coté du garage du mois d’avril. Enduite et couverte!

Depuis peu, les dernières fenêtres ont même été montées.

Pendant le week-end où je suis passé, et on a monté 2 baies vitrées. Comme j’ai pas de bonnes photos, je vous propose plutôt d’aller voir sur leur blog : http://www.clemencelle.eu/?page_id=140

Voir en bas de la page le diaporama photo avec l’installation des baies…

Enduits de finition et pendaison de crémaillère prévus courant été 2014… A bientôt donc!!

Back to Chêne-Arnoult, for saying hello to Jeanny and Thibaut and see the progress of the construction.

And I can say that they have advanced well since April! After 9 weeks of workshop, a house is now present next to the garage. Plastered and covered!

Recently, the last windows have even been installed.

During the weekend I was there, we installed 2 big windows. As I don’t have good pictures, I suggest you go to their blog: http://www.clemencelle.eu/?page_id=140

See at the bottom of the page the slide with the installation of windows …

Finish plaster planned summer 2014 … See you soon!

Publié dans Des chantiers/Sites

Back in Borlo

Retour à Borlo, pendant cinq semaines bien chargées!

Deux recrues de Couëron m’ont accompagné:

Manu est resté 3 jours avant de devoir repartir en cours, et Baptiste a persévéré jusqu’au bout!!!! Merci les potos!

Autant vous dire qu’on a pas qu’un peu envoyé du pâté!!…. 5 semaines de travail 7 jours sur 7 avec juste 1 jour et demi de pause… Du coup, le chantier a bien avancé! On a fini les couches de corps au rez de chaussée et à l’étage (avec enduit sur le plafond en bonus…)

Plus des tests sur les enduits de finition (argile-chaux-sable) et enduisage sur deux murs et deux parties de toit.

Quelques photos. Pas beaucoup à vrai dire, celles du toit se sont envolées…

Back to Borlo, for five weeks!

Two recruits from Couëron accompanied me:

Manu staid three days before having to come back to school in france and Baptiste persevered until the end!! Thank you friends!

In five weeks, the site has progressed well! We finished the laying of the body coat on the ground floor and upstairs (with plaster on the plafond …)

And still, we made some tests for the finish plaster (clay-lime-sand) and plastered it on two walls and two roof sections.

Some pictures. Not a lot actually, I lost those of the plafonds …

« Test, 1 2 3 test! » Hé oui, parce que les recettes d’enduit générales et absolues, ça n’existe pas. Selon la qualité des différents ingrédients, il faut toujours faire des tests pour connaitre la meilleure recette :

« Test, test, 1 2 3 » Yep, because the general and absolute recipe doesn’t exist. Depending on the qualities of the various ingredients, we always need to make tests to know the best recipe :

DSC03668

C’est celui-là qu’on prend : 1 unité de chaux, 1 unité d’argile pour 5 unité de sable de rivière :

Finally, we chose this test : 1 unit of lime, 1 of clay, and 5 and sand from river :

DSC03672

L’enduisage sur le mur :  Plastering on the wall : DSC03664

Sur la photo précédente, on peut voir les 3 étapes. De droite à gauche :

-On pose la toile de jute, bien tendue, qui est sensée éviter la création des fissures. Personnellement, je ne suis pas vraiment convaincu de son utilité. C’est surtout le bon dosage en sable qui permettra d’éviter les fissures. La toile de jute est préalablement trempée dans du sel de bore dilué dans l’eau, ce qui permet d’éviter la création de champignons pendant la période de séchage.

-On tend bien la toile de jute et on la fixe grâce une colle d’argile et de chaux.

-Et on enduit à la taloche. On passe ensuite l’éponge sur l’enduit afin d’arriver à l’aspect final.

On the previous picture, you can see the 3 steps. From right to left :

-First, we instal the hessian, which is supposed to avoid cracks creation. Personally, I’m not really convinced of its usefulness. It’s above all the right quantity of sand that will prevent cracks. The hessian is previously dipped in a diluted boron salt, which avoids the creation of fungi during the drying period.

-We tighten well the hessian and fix it with a preparation of clay and lime.

-To finish, we plaster with a trowel. Then we pass the sponge over the plaster in order to achieve the final appearance.

DSC03663

DSC03674 DSC03683

Publié dans Des chantiers/Sites

MAJ : Map

MAJ : Map

Publié dans Présentation

In the polish forest…

Ce jour là, en Pologne, je roule en forêt depuis 10 km sans trouver une ville où chercher le gîte. Il m’en faut encore 20 pour arriver à la prochaine ville…

Il commence à se faire un peu tard, il me faut donc appuyer un peu sur les pédales. 120 km sont derrière moi, le vent est de face, je commence à fatiguer un peu.

Encore mieux, la route est dans un piteux état, ce qui m’oblige à me décoller un peu de la droite pour éviter les trous…

Alors quand un conducteur un brin agacé de ma position sur la route me double en faisant vrombir le moteur et en me frôlant les cuisses, là ou d’habitude je fais coucou avec un grand sourire, la fatigue pesant, je lui fais un doigt. C’est pas très malin, je l’admet…

Le gars ouvre sa fenêtre et me présente également son doigt. Echange de bon procédé, jusqu’à là, c’est de bonne guerre. Mais les choses ce compliquent un peu quand la voiture s’arrête quelques mètres plus loin… Je rappelle qu’à ce moment nous sommes dans la forêt, que la route est droite, sans autres voies possibles, qu’il n y a pas un péquin à dix kilomètres à la ronde, et qu’ils sont deux dans la voiture. Petit coup de stress, je dois bien l’avouer…

Faut réfléchir vite, ou ne pas réfléchir, je décide de tracer la route. Je double la voiture en tentant en polonais : « moi suis français, pas parlé polonais », en espérant l’attendrir un peu…

Ceci ne règle évidemment pas le problème, puisque vue qu’il n’y a qu’une route, on prends la même, forcement. Flairant le mauvais coup, je me colle bien à droite. La voiture me double en queue de poisson et continue sa route.

La tension redescend et je me dis qu c’est passé. Tout ce que je peux risquer maintenant c’est d’aller frapper à sa porte en recherchant le gîte… M’enfin bon, ce serait quand même pas de pot, du tout.

10 km plus tard, toujours la forêt, toujours le vent de face, je suis donc coude sur le guidon, pour être moins freiné. Une voiture arrive derrière, c’est pas souvent dans cette forêt, mais ca arrive. La route est pas trop mal, alors je tiens sagement ma droite…

Et voilà que sans prévenir, la voiture ralenti à mon niveau, et un bras en sort pour me pousser. A deux doigts de tomber, je reprends la maîtrise du vélo et m’arrête, la voiture à mes cotés.

C’est mon copain de tout à l ‘heure qu’est revenu dans une autre voiture avec de nouveaux copains, le rusé. Il commence à me parler en polonais et je lui explique que je suis français. Sous l’étonnement, il se calme un peu. Il parle pas bien l’anglais mais il réussi quand même à me faire comprendre qu’il n’a pas bien aimé mon doigt… Je lui explique de mon coté que la route est pas facile facile ici… Finalement une fois parlé, et comme je ne comprends pas bien les insultes en polonais, le climat semble s’être plutôt apaisé. Je crois même me souvenir qu’il m’a souhaité bon voyage… J’aurai eu les idées plus clair, j’aurai pu lui tendre la main avec un sourire. Sur qu’il m’aurait offert une bière pour enterrer l’embrouille. Une fois calmé, il avait l’air plutôt sympa…

M’enfin sur le coup je n’y ai pas pensé, alors il est juste reparti en voiture et moi en vélo, avec toutes mes dents!!!

This day, in Poland , I’m cycling in the forest since 10 km without a city where I can look to find a place to sleep. There I still 20 km to get to the next town …
It ‘s getting a little bit late, so I need to go faster. 120 km behind me , the wind in front of me, I’m starting to tire a little.
Moreover, the road is in a bad state, avoiding me to be well on the right of the road.

So when a driver a bit annoyed with my position on the road pass really near to me, making the motor roaring, when I usually make a hand sign, saying « hello! » with a big smile , the tiredness pressing me, I present him my finger, what isn’t very smart , I admit …

The guy opens his window and also shows me his finger. Exchange of courtesies. Until this point, it’s rather fair game. But it becomes more complicated when the car stops few meters after … I remind that at this moment we are in the forest, the road is straight , with no other possible ways, there isn’t anybody ten miles away , and they are 2 guys in the car. Little bit of stress , I admit …

Need to think fast, or to don’t think, I decide to drive straight the route. I pass the car trying to say in polish:  » Me french , don’t speak polish , » hoping to soften a bit the tension …

This obviously doesn’t solve the problem, because there is just one road, so obviously, we take the same… Expecting the bad move, I keep well my right . The car pass very near to me and continue on his way .

The pressure goes down and I think that the problem is over. All I can risk now is to knock on his door looking for the house … But it would really not be luck…

10 km later, still in forest, still wind on my face, a car comes up behind , it’s not often in this forest, but it happens . The road is not too bad, then I can keep my right…

And then, without warning, the car slowed down to my level, and an arm out from the car to push me. I’m close to fall down but finally keep the control of the bicycle and stop with the car next to me.

This is my friend who come back in another car with new friends. He starts talking to me in Polish and I explain that I am french . In astonishment, he calms down a bit. He doesn’t speak english so well but he still managed to make me understand that he didn’t like my finger … I explain that the road isn’t really easy here … Finally once spoke , and as I don’t understand the insults in polish , the climate seems to be rather peaceful. I even believe I remember he wished me a safe travel. If I have had clearer ideas, I would shake hands with him with a smile. On that he would maybe offer me a bier to forget the conflict. Once calmed down, he looked pretty cool…

But on the present time I didn’t think to do it and he just continued his way and left me , with all my teeth !

Publié dans Galèrinettes / Hasslelinettes

Un après-midi de crevaisons / The afternoon of the punctures

Devant revenir précipitamment en France, je roulais vers Lille pour prendre un train vers Nantes. Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu un objectif temps précis à respecter… Normalement, j’étais large quand même….

Ce jour-là, j’avais bien roulé le matin, et je pouvais espérer choper le premier train le lendemain matin. Mais après mangé, je remarquai que ma roue arrière était crevée. Rien de bien étonnant à la vérité. Je savais que cette chambre à air, maintes fois réparée, risquait de rendre la vie d’un jour à l’autre. Et justement, la veille je m’en étais acheté une nouvelle en prévention!

Je changeais donc la chambre à air et repartais très content, pour sur, j’en avais au moins pour 1000 km avec cette nouvelle chambre à air!…

… 2 km plus tard, crevaison.

Sur la nouvelle chambre à air.

Nom d’une pipe en bois!

Première idée : me serais-je fais entuber? Il est vrai que le velosciste ne vendait que des chambres à air de sous-marques. Il m’avait expliqué que c’était la même qualité, que de toute façon tout était fait en Chine… J’avais fait confiance…

Je me ressaisissais en me disant que certainement c’était juste un manque de chance, et réparai avec confiance…

Pour 10 km de plus…

Même chambre à air…

Cette chambre à air ne valait pas un clou! Je m’ferais plus avoir…

A ce moment là j’étais à 6km d’une prochaine ville ou je pouvais trouver un cyclo-service, et n’avais plus envie de persister avec cette chambre à air de m****. Je réparais donc une énième fois la vieille chambre à air.. Pour 6 km, ca devait pouvoir le faire.

En gonflant ma roue, la valve devait avoir un problème, je ne pouvais gonfler le pneu qu’à moitié ( je me rendrais compte plus tard que c’était juste un élément de la pompe qui était dévissé…)

Je décidai donc de rouler sur ce pneu mi-gonflé en étant bien conscient que ca pouvait crever d’un moment à l’autre. J’avais déjà roulé 100 km avec un belle bulle sortant de mon pneu, alors pourquoi pas 6km!!

En arrivant à l’entrée de la ville, la chambre rendit son dernier souffle.. Le cyclo-service n’ était plus qu’à 500 m, je finissais à pieds.

Arrivé au magasin, je savais que mon pneu méritait également d’être changé, mais ils n’avaient pas le modèle voulu alors je ne prenais que la chambre à air en me disant que le pneu devrait bien tenir les quelques 100 km restant.

Roue changée, bagages arrimés, je m’apprêtais à partir, jetais un dernier coup d’oeil à ma roue parfaitement gonflée et….Ho putain, ca y est, le pneu s’est déchiré et une petite bulle en ressort. Achat d’un pneu par défaut et rebelotte : 5ème déchargement et changement de roue de l’après-midi.

Il est quelle heure? Ho ba, ca y est, il est temps de rechercher un endroit ou dormir maintenant…

Par chance, ce jour-là je trouvais le gîte dès la première maison. Du coup, après une journée de galères je fus presque étonné que ce soit si facile. Mon hôte fut aussi étonné que je soit étonné, parce que, après tout, c’est quand même moi qui était venu frapper à la porte…

Toujours est-il que ce fut une chouette soirée. Le lendemain, nous repartîmes, mes pneus et moi, gonflés à bloc!!

Before to come back in France , I drove to Lille to catch a train to Nantes . I didn’t have precise time goal to respect since longtime … Normally , I had still amply enough time

That day , I rode well in the morning and I could hope catch the first train the next morning. But after eating, I noticed that my rear wheel was punctured . Nothing surprising actually. I knew this inner tube , repeatedly repaired, was very close to die definitely. And just the day before I had bought a new tube !

So I changed the inner tube and was very confident for the continuation of the day. For sure, I could have at least 1000 km more without punctures with this new tube ! …

… 2 km later, puncture.
On the new tube.
Shit !

First idea : have I been scammed ? It is true that the bike seller sold only sub-brands inner tubes . He explained that it was the same quality, that anyway everything was made ​​in China … I trusted …

I took heart and said for myself that surely it was just question of bad luck , and repaired with confidence …

For 10 km more …
Same tube …
This tube was really shit! It was the first time and the last …

At that time I was 6 km from the next town where I could find a bike shop and I didn’t want to continue with this shit tube. So I repaired an umpteenth time the old tube .. For 6 km, it could be ok…

By inflating my wheel , the valve should have a problem, I couldn’t inflate the tire more than one half ( I would realize later that it was just a part of the pump that was unscrewed … )

I decided to drive on the half inflated tire, being well aware that it could die suddently. I had already driven 100 km with a beautiful bubble out of my tire , so why not 6km !

Arriving at the entrance of the town , the tube finished just his life … The bike shop wasn’t further than 500 m, I ended up walking .

Arrived at the store , I knew that my tire also needed to be changed, but they didn’t have the desired model so I took just the inner tube and told me that the tire should be ok the few last 100 km .

Wheel replaced , luggage stowed , I was about to leave , threw a last look at my wheel perfectly swollen and  …. Fuck , That’s it, the tire got torn and a small bubble appeared. I bought a tire by default : 5th wheel dismantling and change of the afternoon .

What time is it ? Late, to late : it’s time to look for a place to sleep now …
Luckily, that day I found a place to sleep in the first house. So, after a day of hassles I was almost surprised that it could be so easy. My host was also surprised that I was surprised, because after all, it ‘s still me who came knocking …

After that, I had a very nice evening . The next day we left , my tires and me, in top form !

Publié dans Galèrinettes / Hasslelinettes

The return in the society

Quelques dossiers à régler lors de mon court passage en France. Le temps de me rendre compte que je ne rentre plus dans certaines cases :

« Veuillez joindre un justificatif de domicile datant de moins de trois mois » : Une carte postale avec le tampon du pays, ça compte???

« Veuillez joindre votre dernier bulletin de salaire pour l’année en court » : Devrais-je leur envoyé la liste de tout ce que ce voyage m’a apporté??

Some papers to deal with during my short stint in France. The time to realize that I don’t fit so easily in some cases now :

« Please attach proof of address dated within three months » : a postcard with the stamp of the country, it’s enough??

« Please attach your last payslip for the current year »  : should I send them a list of everything that this trip has given me?

Publié dans La vie facile / The easy life